Moi, j’aime l’entreprise ! », c’est par ces mots prononcés hier que M. Valls planchait devant le haut patronat (université du Medef). « En évinçant Montebourg, Hollande soigne l’Europe, les entreprises«  titre le site Capital.fr.

Canaed 27.08.2014

Moi, j’aime que les choses soient claires et, dans mon esprit, elles le sont : il n’y a rien à attendre de ce socialisme-là ! Pour ceux qui nous connaissent cela ne peut les surprendre. Mais il est bon de rappeler combien les hommes politiques, de tous bords, nous trompent sans vergogne.

Moi, je trouve que leurs communicants possèdent cette indéniable aptitude à préparer des éléments de langage aptes à subjuguer les gogos. Ils sont forts. Louons leurs centres de formation et tous leurs professeurs pour avoir sut faire pousser la graine.

Moi, j’admire tous ces médias qui, dans leur liberté d’information frelatée, uniformisent nos pensées. Ils se font l’écho des dominants du moment, plus particulièrement de ces mondes du pouvoir politique, de l’industrie et de la finance.

Moi, à ma façon, je tiens à marquer ma surprise sur ce peuple qui, malgré toutes les souffrances qu’il endure, reste étonnamment patient et discipliné. Heureusement que, de temps à autre, on entend Nicolas chanter que la Commune n’est pas morte !

Moi, moi… oui moi j’ai volontairement commencé les paragraphes par ce mot complètement déifié par une société qui l’affectionne particulièrement. Elle en a fait son credo afin de hisser l’égoïsme au rang d’une vertu. Moi – encore moi – je n’aime pas. Pas plus d’ailleurs que je n’aime Valls et tous les corps constitués qui l’entourent et qui l’accompagnent.

Et vous ?

Publicités