Cette tragédie de douze morts dans les locaux de Charlie-hebdo reste un signal fort opéré par des abrutis. Peu importe les auteurs. Qu’il soient adeptes du prophète ou militants d’extrême-droite chargés d’opérer une stratégie de provocations, les uns comme les autres portent la haine en eux. La violence reste leur seul argument.

Charlie hebdo ne faisait pas dans la langue de bois. Ce journal et ses animateurs avaient ce rare courage de dénoncer les aberrations de notre société : ils en paient le prix fort.

Les représentants de l’autorité publique pourront toujours y aller de leur couplet. A divers niveaux et chacun à leur façon, ils sont responsables de cette situation de délabrement et de pourrissement d’une société toujours moins démocratique et laïque.

Ce dessin de Cabu ne reste-t-il pas une fidèle vision de ce monde absurde, générateur de ces maux qui sont notre lot quotidien ?

CABU

Publicités