Ce dessin du pape paru dans Le Canard enchaîné du 8 juillet 2015 et réalisé en vue du prochain sommet climatique qui sera organisé par la France, n’est pas sans nous rappeler les propos de Jules Vallès qui déjà, dans Les réfractaires (1866), envisageait ainsi les pratiques des grenouilles de bénitier :

Canard 8.07.2015« Les bondieusards, profession qui n’est pas dans le dictionnaire, ni dans le paroissien. La BONDIEUSERIE, cependant, a fait vivre plus d’un chrétien. N’importe qui pouvait faire cela, pourvu qu’il ne fût pas peintre. Il s’agissait de colorier les images qu’on vend dans les campagnes : agneau pascal, cœur de Jésus, brebis du Seigneur…. Un bondieusard habile pouvait faire ses six douzaines dans un jour. Un bondieusard passable, ni trop coloriste, ni trop voltairien, pouvait gagner son salut dans l’autre monde et ses quarante sous dans celui-ci. Il y avait des commençants qui ne connaissaient ni les couleurs, ni l’Évangile ; ils faisaient des saint Joseph jaunes et des enfers roses.

A côté des bondieuseries, le BONDIEUTISME, la religion des gens qui se convertissent en hiver et redeviennent impies en été  ! J’en ai connu plusieurs qui, à l’époque des grands froids, se réfugiaient dans les bras de la religion, — près du réfectoire, autour du poële. Ils engraissaient là dans l’extase ! Quand ils avaient deux mentons, et qu’ils voyaient, à travers les barreaux de la cellule, revenir les hirondelles, ils sortaient et allaient prendre l’absinthe au caboulot ! »

Cet « adorable » et truculent dessin de cet hebdomadaire satirique n’a sans doute pas la prétention d’être initiateur. L’écrivain maudit parce que communard avait déjà bien trempé sa plume aux sources de l’inspiration anticléricale. Bravo les artistes !

Publicités