Notes de lecture

Les vacances restent des moments propices à la lecture. Nous vous proposons trois ouvrages récemment parus. À leur façon, ils représentent d’étonnantes et passionnantes aventures dont la lecture nous grandit.

 

AugeLa Sacrée semaine

qui changea la face du monde

de Marc Augé

(Odile Jacob, mars 2016, 80 pages, 9,90 €)

Je ne crois guère m’avancer en affirmant que ce petit ouvrage devrait vous plaire autant que vous étonner.

Il s’agit d’un conte dont l’action se situe en 2018, un jour de Pâques en place St-Pierre. À la surprise générale, le pape François annonce subitement la non-existence de Dieu. Sacrilège pour les uns… joie pour les athées… ainsi démarre une étrange semaine qui va, effectivement, changer la face de la planète. L’auteur nous convie à cette amusante saga, courte et joyeuse, qui nous permet un bon et sympathique moment de lecture.

Une vraie pépite littéraire qui reste, comme l’a écrit Le Canard enchaîné : « dans la pure tradition des satiristes du XVIIIe siècle ». Alors, faites-vous plaisir et passez une « sacrée » semaine !

WichmannClara Wichmann

Textes choisis

(Les Editions Libertaires, mai 2016, 50 pages, 7 €)

Clara Wichmann (1885-1922) : un personnage hors du commun. Particularité : fort méconnue car, dans plusieurs domaines, elle aura été une femme singulière et novatrice.

Sans faire de catalogue exhaustif, elle fut la première à utiliser le terme de non-violence et concevoir celle-ci comme un moyen d’action. Intellectuelle engagée dans l’action, ses écrits abordent bien des sujets : le féminisme, le droit des enfants et des animaux, la pédagogie, le droit tout simplement car, à son époque, elle fut une théoricienne reconnue de la criminalité. Dans « Les fondements philosophiques du socialisme » elle pose le problème de la violence révolutionnaire et considère que la fin ne saurait justifier les moyens. Pour elle, « il est fondamental de propager la non-violence ou, mieux, la « vaillance de l’esprit » »

Cette Hollandaise  eut un parcours assez particulier dans cette grande mouvance socialiste du début du XXe siècle : parti du socialisme chrétien il aboutit à un courant libertaire non-violent et à connotation religieuse…

De toute évidence, une personnalité à découvrir absolument.

SchiappaFrançois Robin

Instituteur, ami de Gracchus Babeuf

de Jean-Marc Schiappa

(Les Editions Libertaires, avril 2016, 116 pages, 11 €)

Pour cet ouvrage, là-aussi, voici un conjuré (il participa à la conjuration des Ēgaux) peu ou pas connu du grand public.

Cet homme (1755-1797), comme Babeuf son ami de combat, périt sous la guillotine. Il faut dire que dans ces années troubles, il ne faisait pas bon de continuer l’œuvre de la Grande Révolution. François Robin était surnommé « l’orateur des campagnes ». Il les parcourt en apportant la bonne parole ce qui lui vaudra des arrestations et des emprisonnements.

L’auteur, spécialiste s’il en est de cette période, nous plonge dans l’univers de Robin. Cela fait une narration passionnante qui nous permet de découvrir cet homme et ses amis, en proie à la répression terrible qui s’abat sur eux. Par rapport à ces années, les problèmes politiques actuels apparaissent fort gentils, mous comme de la guimauve, bref, sans commune mesure.

N.B. – Toujours aux Éditions Libertaires signalons les parutions :

La Liberté, de Jacques Langlois (avril 2016, 13 €). Dernier ouvrage d’une trilogie économique, il aborde la liberté dans la société dite libérale.

Pour en finir avec l’usine, de Jean-Pierre Levaray (avril 2016, 15 €). Un titre évocateur pour cet écrivain prolétaire qui connaît particulièrement bien cet univers.

Le plus vieux métier du monde… qu’ils disent, de Laurence Biberfeld (juin 2016, 14 €). Une analyse intéressante qui couvre parfaitement ce milieu et qui offre de possibles solutions.

Pour casser votre tirelire et les commander : 35, allée de l’Angle, Chaucre, 17190 St-Georges d’Oléron

Publicités