oxfam

L’ONG Oxfam a établi un rapport 2017 accablant. En guise de présentation de ce document, nous vous en communiquons un bref extrait :

« … Depuis 2015, les 1 % les plus riches détiennent autant de richesses que le reste de la planète. En France, les 1 % les plus riches détiennent 25 % des richesses nationales.

À l’heure actuelle, seuls huit hommes détiennent autant de richesses que la moitié la plus pauvre de la population mondiale. En 2016, seuls 21 milliardaires possèdent autant que les 40 % les plus pauvres de la population française.

Au cours des 20 prochaines années, 500 personnes transmettront plus de 2 100 milliards de dollars à leurs héritiers, soit plus que le PIB de l’Inde, un pays qui compte 1,3 milliard d’habitants.

Les revenus des 10 % les plus pauvres ont augmenté de moins de 3 dollars par an entre 1988 et 2011, tandis que l’augmentation des revenus des 1 % les plus riches était 182 fois supérieure. En France, alors que le niveau de vie mensuel moyen des plus riches a progressé de 272 euros de 2003 à 2014, celui des plus pauvres a diminué de 31 euros.

Un PDG d’une entreprise du FTSE 100 (les cent entreprises britanniques les plus capitalisées et cotées à la bourse de Londres) gagne en un an autant que 10 000 ouvriers de l’industrie textile au Bangladesh.

Aux États-Unis, une nouvelle recherche publiée par l’économiste Thomas Piketty révèle qu’au cours des 30 dernières années, le revenu de la moitié la plus pauvre de la population n’a pas évolué, tandis que celui des 1 % les plus riches a augmenté de 300 %.

Au Vietnam, l’homme le plus riche du pays gagne plus en une journée que ce que touche la personne la plus pauvre en 10 ans.« 

La polémique qui agite le marigot français, à propos de Pénélope Fillon, semble complètement décalé… et surréaliste. Nous ne pouvons que le regretter. Malheureusement pour elle, nos pensées se tournent vers ces millions de salariés qui triment pour une rétribution ridiculement dérisoire, et vers ces millions de personnes qui survivent en extrême difficulté économique, non pas dans un château mais à la rue ou sous l’angoisse de la sonnerie d’un huissier.

Malheureusement, il n’y a bien quelques abrutis – c’est bien le mot – et cette petite frange de bourgeois nantis pour justifier ce candidat du conservatisme à tout crin. Alors, il serait enfin temps de procéder à un bon coup de balai et de partager ce qui doit l’être. C’est-à-dire tout ce dont l’économie générale recèle, cette richesse des nations (pour reprendre le titre du célèbre ouvrage d’Adam Smith) et, plus généralement, tout ce que les êtres humains sont aptes à produire en termes d’égalité, de fraternité et de partage.

Vivement que disparaissent tous ces prétendants au pouvoir et leurs féaux puant de leur morgue et de leur arrogance. Allez ouste, du balai ! Sans nous ils ne sont rien, sans eux nous pouvons tout !

Publicités